Le melon

Ferme les yeux et palpe-le entre tes mains.
Il a un poids, il pèse lourd. Il a une forme, il est rond, rond comme un ballon.
Il a une structure que l’on sent sous les doigts, des quartiers de croissance comme ceux d’une orange.
Il a une texture, c’est la première chose que l’on effleure. Sa peau rêche, grumeleuse gratte. Ce melon on le dirait sec s’il n’était si lourd et plein.

Continue l’exploration avec les lèvres.
Elles sentent la rotondité, la sécheresse de la peau mais en cheminant sur le fruit, elles rencontrent un mamelon dur, presque blessant. Tout autour la surface  s’incurve en une douceur exquise que la langue a envie de goûter, comme le ferait un enfant pour mieux connaître.
Le melon roule d’une pommette au creux du nez, sur le cou et pèse dans le creux de l’épaule.
Ouvre les yeux et contemple la surface douce que tu as goûtée du bout de la langue, quelques centimètres carrés autour du pédoncule. Tu auras la surprise de voir qu’elle est du plus beau vert qui soit.
La découverte est telle que l’on en reste pantois ! En aucun moment, les yeux fermés, on n’avait pensé à la couleur et celle-ci se révèle bouleversante

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s