Au pied de mon tulipier #3

Il y a de l’ail aux ours à profusion dans le parc de mon arbre. Je suis assise sur sa racine et regarde les taches d’ombre et de lumière qui singent la danse du vent dans la ramure. Le printemps est tout bleu, tout vert de mon parasol de feuilles acides, aigües comme un bon vinaigre qui exalte une tendre laitue. Je dois avoir faim sans doute. Je pense aux frites de la place Jourdan toute proche. Une corneille avale des morceaux de pain puis s’éloigne et se dandine remuant de la croupe. Est-ce qu’une corneille a une croupe ? Celle-là a un déhanchement à étourdir. Une femme fait la récolte d’un plein sac de feuilles d’ail. Elle me dit que c’est « le parc » où le trouver et puis elle enchaîne sur le poulailler collectif dont neuf familles s’occupent depuis le 15 avril. Mais attention aux renards. Certains en ont vu au parc Leopold. C’est le temps où l’on contemple l’ombre vert bouteille sous les arbres sans frissonner, empli de gratitude pour l’apaisement qu’elle offre à l’œil crispé dans la lumière du midi. Des vagues fleuries clapotent au pied de la gloriette qui propose son banc de bois clair aux amoureux de passage. Que cette saison est douce aux cœurs tendres !

Publicités

7 réflexions sur “Au pied de mon tulipier #3

  1. J’aime et le texte et ses images, et les photos, et la possible mais ondulante croupe de la corneille, et la saison douce aux coeurs tendre – de laitue ? – . Et puis « Attention aux renards » … c’est un sage conseil : je suis d’avis qu’il faut en prendre soin
    🙂

  2. beau ce texte
    de bouts d’humains et de vie
    et comme ils dansent bien les mots
    dessous ta tendre plume

    et puis ensuite et puis après
    je m’y baignerais bien avec vous
    dans cette lumière
    à guetter la corneille et le banc d’la gloriette…
    mais dites-moi quand même, belle dame plume
    vous me présenteriez
    votre ami tulipier
    si le tant gré des jours et le hasard du temps
    faisaient se croiser nos deux ombres?
    et puis ensuite et puis après
    vous m’emmèneriez, n’est-ce pas
    à la place aux frites…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s